En visite chez… Marbrerie Bertrand – “La pierre dans le sang”


En 2022, la Marbrerie Bertrand fêtera son 120ème anniversaire. Quel chemin parcouru depuis la création en 1902 d’un simple atelier de sculpture destiné à la fabrication de monuments funéraires… Stéphane Lenert, directeur adjoint et représentant de la cinquième génération, retrace pour nous l’évolution de cette entreprise familiale, aujourd’hui un des leaders luxembourgeois dans la transformation et l’installation de tous types de pierres naturelles provenant du monde entier.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Marbrerie Bertrand a la pierre naturelle, ce matériau noble mais à la modernité intemporelle, dans le sang… “Si mon arrière-arrière-grand-père a lui aussi travaillé au contact de la pierre dans une carrière, l’entreprise familiale n’a vraiment été fondée qu’en 1902, avec la création par mon arrière-grand-père d’un atelier de sculpture au cœur du village de Münsbach, avec une extension dans la marbrerie intérieure et extérieure dès les années 1960 sur des projets privés et dès les années 1980 sur des grands projets (aéroport, banques, …). Le troisième pilier de l’entreprise, l’activité innovante des façades ventilées a été lancé dans les années 1960e mais s’est véritablement développé depuis 2010. Enfin, outre la recentralisation de toutes nos activités sur le site actuel, 2011 a également vu la construction d’un nouveau showroom de 600 m², reposant sur deux concepts: une bibliothèque des matériaux et des sources d’inspiration pour les architectes et professionnels”, explique Stéphane.

Monuments funéraires

Les monuments funéraires – l’activité ancestrale de l’entreprise – reste un solide pilier des activités de la Marbrerie Bertrand. “Nous disposons de l’expérience, de compétences et d’une équipe splendide pour produire des magnifiques monuments funéraires et nous nous occupons également de tout le service autour, afin de soutenir au mieux les personnes en deuil dans ces moments difficiles. C’est un secteur en transformation, pour lequel nous trouvons des solutions à chaque demande”, ajoute Stéphane.

Marbrerie

Revêtements de sol, muraux et d’escaliers, mobilier et tables, et surtout salles de bains et cuisines… La Marbrerie Bertrand est devenue en près de 120 années un gage de qualité et de durabilité. Hormis la pierre naturelle, l’entreprise travaille également de plus en plus le grès cérame. “Comme exemple marquant dans ce domaine, on peut citer la réalisation récente d’une cuisine et salle de bains en grès cérame Larsen d’Inalco. Outre un grand souci du détail et la continuité des veinages, nous avons aussi créé un aspect très monolithique en travaillant la céramique comme la pierre, par exemple avec des retombées de 4 cm qui donnent un aspect massif, et en jouant avec les volumes.”

Facades

DLe troisième pilier des activités de la Marbrerie Bertrand n’est autre que la réalisation de façades – en pierre, céramique, ou en fibres-ciment – tant pour les grands projets de bureaux ou résidentiels comme le nouveau quartier du Ban de Gasperich, que pour les particuliers. “Pour Metaform Architects, nous nous sommes chargés de la façade de plusieurs maisons unifamiliales. Pour habiller celles-ci, nous avons fourni et posé du Giallo d’Istria, une pierre calcaire croate, et de l’Eternit, un fibre-ciment. Pour la maison en pierre calcaire, outre le recours à des joints fermés – contrairement à la majorité des façades ventilées – et la réalisation d’un claustra, le véritable défi technique concernait la réalisation, dans le même matériau, du revêtement de la porte de garage devant se fondre de façon invisible dans la façade plutôt fermée. Afin de gagner en légèreté, la pierre a été fraisée sur son épaisseur et collée sur une structure aluminium en nid d’abeilles”, précise Stéphane.

Matériaux et parc de machines

Pour produire toutes les demandes des clients, la Marbrerie Bertrand peut s’appuyer sur un vaste stock de pierres naturelles provenant du monde entier. “Marbres, granits, quartzites, calcaires, basaltes, etc., nous allons sélectionner ces pierres nous-mêmes chez nos fournisseurs attitrés en Europe ou passons par des distributeurs pour les contrées plus lointaines. Outre les pierres naturelles, nous travaillons et posons aussi du grès cérame provenant notamment de chez Inalco dont nous sommes le partenaire exclusif, Cosentino (Dekton) ou encore Mosa pour les façades. Pour travailler ces deux types de matériaux et proposer toutes les finitions possibles, nous investissons en permanence dans l’innovation de notre parc de machines, emmené par une débiteuse GMM, un centre d’usinage Thibaut T818, une polisseuse de chants Comandulli, une flammeuse-bouchardeuse, ainsi que des machines traditionnelles. Nous envisageons d’ailleurs de remplacer prochainement notre autre débiteuse par un nouveau modèle CNC. A termes, nous aspirons évidemment à un parc de machines entièrement à commande numérique.”

L’avenir

Si la succession et la pérennité de cette entreprise familiale employant une cinquantaine de personnes sont assurées – Stéphane devrait succéder de façon fluide et réfléchie à sa mère et son oncle d’ici une dizaine d’années –, les projets pour l’avenir proche ne manquent pas. “En effet, nous allons nous atteler à la numérisation de notre vaste stock afin de pouvoir le valoriser, mais aussi à la réorganisation du hall de production, en aménageant notamment un atelier spécifique pour les façades ventilées. Nous voulons séparer nos activités pour les spécialiser davantage et les optimiser par l’autonomisation. Vu que nous continuons de grandir, nous cherchons donc aussi à recruter des gens ayant un savoir-faire mais surtout un amour pour le métier. Ce volet recrutement revêt la plus haute importance parce que c’est précisément le capital humain qui permet de faire la différence, c’est lui qui définit notre qualité et notre volume de travail. Enfin, nous lancerons également en décembre notre nouveau site web (bertrand.lu). Un outil indispensable, à l’image des réseaux sociaux comme Instagram (@bertrand.marbrerie), car notre métier, c’est du visuel”, conclut Stéphane Lenert.


Texte: Jacques Legros – Photos: Marbrerie Bertrand (© Ciprian Olteanu)