Carrières du Hainaut investit dans l’innovation


La Pierre Bleue du Hainaut a beau avoir 345 millions d’années au compteur, ‘le petit granit’ est plus d’actualité que jamais. Il en va de même pour l’entreprise qui extrait cette beauté bleue depuis déjà 130 ans. Si la première pierre a été taillée en 1888, Carrières du Hainaut se veut être, en 2017, une entreprise avant-gardiste au niveau de la production, de l’efficience énergétique, de la digitalisation, d’une politique RH réfléchie et du soutien de ses distributeurs. La carrière souhaite ainsi se débarrasser d’une image poussiéreuse et mordre l’avenir à pleines dents au moyen de gros investissements.

2013, l’année charnière en matière de gestion de l’entreprise

Carrières du Hainaut peut s’appuyer sur une histoire de 130 années, façonnée par la force humaine brute et un artisanat transmis oralement aux générations suivantes d’ouvriers. Avec l’évolution mondiale vers ‘l’Internet des objets’, la gestion de l’entreprise dans les années 2000 ne collait plus avec les exigences toujours plus élevées posées par le marché au niveau de la capacité de production, de la qualité, des possibilités d’application, des délais de livraisons, etc. De surcroît, la crise de 2008 s’est traduite par un arrêt de la construction qui a poussé toutes les composantes du secteur à se réinventer. En 2013, Carrières du Hainaut a changé de cap en passant au crible de façon approfondie toutes les phases de sa gestion.

Carine Hiernaux, Directrice Commerciale chez Carrières du Hainaut, nous explique:

“Je suis arrivée en 2012 dans la société. Carrières du Hainaut et le produit que fabrique l’entreprise nécessitaient d’urgence un lifting intégral. Le marché évoluait en effet si rapidement qu’évaluer et réorienter tous les aspects de la gestion de l’entreprise constituait un must pour poursuivre à l’avenir avec un nom solide et une entreprise actualisée. Depuis 2013, nous nous trouvons dans une phase de transition, avec de nombreux investissements ciblés sur la digitalisation de notre entreprise, des processus de production optimisés et plus sûrs, des collaborateurs polyvalents et la commercialisation de la marque Pierre Bleue du Hainaut. La concurrence des produits étrangers ou des applications céramiques frappe cependant quotidiennement à la porte. Nous devons donc absolument nous démarquer du reste et faire connaître au secteur, aux prescripteurs et aux clients finaux la qualité de ce produit 100% belge. Ce faisant, nous engageons non seulement l’avenir de Carrières du Hainaut, mais soutenons aussi l’artisanat des tailleurs de pierre et des 2500 travailleurs de la pierre locaux qui travaillent notre produit au quotidien.”

Nouveau parc de machines et digitalisation pour une production plus efficiente

Depuis 2013, Carrières du Hainaut investit 5 à 6 millions d’euros chaque année. D’énormes efforts ont ainsi été consentis au niveau de la production. Les deux plus grands concernaient le renouvellement du parc de machines et l’introduction de la digitalisation. Les machines dépassées ont été remplacées par des modèles plus performants, plus sûrs et moins énergivores. Chaque étape de la production a ici été révisée, allant de la découpe des bancs jusqu’aux machines de traitement de surface en passant par la séparation des blocs issus des bancs, le sciage, le perçage et le fendage, le transport dans la carrière ou encore les débiteuses de tranches et carrelages.

Parc de machines

Frédéric Salpietro, Chief Operational Officer chez Carrières du Hainaut précise:

“Les scies à câbles (diafil) dangereuses ont été remplacées par des techniques plus sûres tandis que les techniques de perçage plus usantes physiquement pour nos équipes ont été remplacées par des outils plus ergonomes et plus efficaces. Au lieu d’utiliser des Caterpillars, nous employons de nos jours des engins plus petits mais destinés au transport permettant de réduire la consommation de plus de 50%. Avant, des bulldozers transportaient les blocs vers le hall de transformation. Aujourd’hui, cela se fait au moyen de camions. Les anciens ponts de chargement étaient beaucoup trop grands, consommaient beaucoup trop d’énergie et leur maintenance était coûteuse. Pour les remplacer, nous avons fait réaliser en Irlande des chariots sur mesure, plus flexibles. Les anciennes débiteuses de blocs ont été complétées ou remplacées par les techniques les plus récentes qui nous permettent de sélectionner les meilleures pièces et de les débiter en tranches d’une épaisseur sur mesure. Alors que nous étions auparavant limités à des tranches minces de 2 cm d’épaisseur, nous produisons aujourd’hui des tranches de 1,2 cm d’épaisseur, qui nous permettent de répondre aux nouvelles exigences du marché. Nous avons également investi dans une toute nouvelle ligne de surfaçage offrant pas moins de 5 techniques de surfaçage pouvant être combinées entre elles. Et grâce auxquelles nous pouvons proposer de nombreuses nouvelles finitions et ainsi commercialiser des produits finis toujours innovants.”

Digitalisation

Outre le lifting intégral du parc de machines, Carrières du Hainaut a également investi dans un système de traçabilité qui permet de suivre chaque produit depuis le bloc issu de la carrière jusqu’au produit fini. Un élément important pour le client qui passe souvent commande en différentes étapes et qui veut s’assurer que les matériaux commandés proviennent toujours du même type de pierre et présentant la même qualité. “Nous avons élaboré un réseau WiFi complet qui couvre tout le site, afin que tous les intervenants du processus de production puissent bénéficier de la digitalisation et garantir la traçabilité des produits. Pour ce faire, nous travaillons avec des codes QR et un système de scannage portatif sous forme de guns et de smartphones mettant à disposition toutes les infos relatives aux produits sous la forme d’une fiche d’identification digitale”, explique Frédéric. “Pas besoin de vous expliquer qu’il n’est pas évident d’implémenter un tel système pour 430 personnes réparties sur 235 ha. De surcroît, il s’agit d’une entreprise ancienne, où l’on a toujours travaillé à la main et où les connaissances se transmettaient surtout oralement. Certains de nos ouvriers sont à notre service depuis déjà plus de 30 ans. Nous nous attelons cependant quotidiennement et étape par étape à introduire ce changement de mentalité au sein de chaque couche du processus de production, en digitalisant les données et les contrôles afin de continuer à élever la qualité et le service à destination des clients toujours plus exigeants. Le fait que nous investissions également, pour cette raison, dans le recrutement et la formation de collaborateurs polyvalents, ne constitue pas une option, mais bien un must.”

TPM – Total Productive Maintenance

Afin de permettre un rendement optimal de tous ces investissements, Carrières du Hainaut a implémenté la méthode de gestion de la qualité japonaise TPM. Celle-ci se focalise sur l’optimisation de la productivité en responsabilisant chaque intervenant, de l’opérateur jusqu’au responsable de la maintenance, quant à l’entretien et à l’amélioration du parc de machines. Pour ce faire, il faut accorder de l’attention à l’entretien autonome et préventif, à la formation des collaborateurs concernés, au souci de la sécurité et à la standardisation des processus. L’investissement dans un système de communication interne via de grands écrans rend les informations, tels que résultats et consignes de sécurité, accessibles au sein de chaque département du processus de production.

“Ces lourds investissements porteront leurs fruits après à peine 4 ans. Ils nous permettent de mieux gérer nos coûts, de limiter les délais de livraisons à maximum 5 jours pour les tranches et 2 semaines pour les carrelages, à élever la qualité et à être toujours plus performants au niveau du développement de nouveaux produits. Résultat? Une augmentation sensible de la demande”, conclut Frédéric Salpietro, COO.

Entreprise soucieuse de l’environnement et produit fini durable et responsable

Rénover signifie non seulement investir dans des machines performantes, mais aussi dans des mesures et techniques écoénergétiques. Carrières du Hainaut prend ses responsabilités pour respecter l’accord de Kyoto en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’optimisation de l’efficience énergétique, en optant pour des machines qui, à la fois, permettent d’obtenir de meilleures performances et de consommer moins d’énergie.

L’entreprise a également installé plus de 4.000 panneaux solaires sur le toit de ses ateliers et du parking, qui permettent de produire 10% de l’électricité totale nécessaire pour Carrières du Hainaut. L’eau de source qui jaillit lors de l’extraction de la pierre est injectée dans le circuit d’eau de la SWDE (Société wallonne des eaux) avant d’être épurée et d’alimenter chaque année 90.000 habitants en eau potable.

La carrière offre l’avantage supplémentaire que les blocs extraits sont transformés en tranches sur un seul site, réduisant ainsi les transports au minimum.

Astuce: Carrières du Hainaut offre ainsi aux clients la possibilité unique de fabriquer de très grands formats. Il est en effet possible de transporter des blocs de 50 tonnes jusqu’aux halls de transformation, vu qu’aucun transport ne doit s’effectuer sur la voie publique. Les très grandes tranches de maximum 4,20 x 2,20 m, par exemple pour réaliser des îlots de cuisine d’une seule pièce, ne sont ici nullement exceptionnelles.

“La carrière tente aussi d’appliquer une gestion des déchets la plus réfléchie possible. Les produits complémentaires tels que limon, argile et gravats générés par l’extraction de la pierre sont transformés par des partenaires externes. Nous avons également investi dans une machines qui récupère les éléments de carrelage endommagés et retravaille ceux-ci en de nouveaux formats. Depuis son achat, cette machine nous a permis de récupérer des dizaines de millions de m² de carrelages.

Cela permet d’affirmer que Carrières du Hainaut valorise jusqu’à 22% des matières premières extraites, alors que la moyenne en Italie oscille autour de 5%. Ces mesures ainsi que les nombreux autres petits projets menés depuis 2013 nous permettent aujourd’hui de mettre en avant une production déjà 6% plus écoénergétique. Notre objectif consiste à atteindre les 9% d’ici 2020”, ajoute Frédéric Salpietro.

Carine poursuit: “ces dernières années, le particulier surfe sur une vague de conscientisation, et nous le ressentons. Il opte délibérément pour des produits propres à la région qui portent le moins possible atteinte à l’environnement. La pierre bleue est un matériau 100% naturel et vivant, doté d’une durée de vie illimitée et la Pierre Bleue du Hainaut est un produit 100% belge qui raconte notre histoire, en remontant des millions d’années en arrière. De plus, la pierre naturelle est un produit recyclable qui offre d’innombrables possibilités de réemploi. Et ce contrairement aux imitations comme les plaques céramiques qui se portent très bien grâce à la gigantesque machine de marketing qui les soutient, mais qui résultent d’un processus de cuisson énergivore et dont les chutes ou les modèles démodés doivent tout simplement être jetés.”

Une communication renouvelée à destination de l’utilisateur final

Le passage à la digitalisation ne s’est pas effectué qu’au niveau de la production; c’est en fait toute la présence digitale du produit fini, la Pierre Bleue du Hainaut, qui a été repensée. L’entreprise a ainsi investi dans un nouveau site Internet, un logo rajeuni et un slogan destiné à promouvoir la pierre bleue belge auprès de l’utilisateur final et des prescripteurs comme les architectes. “Dans les années ’80, l’entreprise communiquait uniquement avec le secteur, ne mettant ainsi jamais en avant une ‘marque’. Aujourd’hui, nous devons cependant toucher le grand public pour présenter de façon attirante le produit en soi mais aussi les possibilités infinies qu’offre celui-ci. Un exercice complexe vu que ne nous ne vendons jamais directement aux particuliers. Nos clients (les tailleurs de pierre et distributeurs) ne disposent cependant pas toujours des possibilités digitales comme un site Internet ou des réseaux sociaux permettant de toucher leurs clients. Avec notre nouveau site, nous souhaitons donc informer et inspirer le plus possible le client final, tout en soutenant commercialement nos propres clients. Ce qui s’est traduit par un site sur lequel les clients finaux peuvent désormais envoyer une demande de prix pour ensuite être renvoyés directement, via un système automatisé, vers les 5 distributeurs les plus proches. De plus, un système d’e-mails automatique contrôle si celui qui a fait la demande a reçu ses offres de prix, de même que l’intérêt du distributeur pour cette demande. En tant que producteur, cela nous permet de rester au courant de la demande du marché et d’apporter des leads directs (contacts de clients à projet) à nos distributeurs ”, souligne Vanessa Barbay, Manager Communication chez Carrières du Hainaut.

Du seuil au bardage de façade et de la Belgique à Abu Dhabi

La Pierre Bleue du Hainaut est devenue un matériau intemporel qui a étendu son champ d’applications traditionnel des seuils et appuis de fenêtre aux plans de cuisine, revêtements de sol, terrasses, douches, revêtements muraux et mêmes aux bardages de façade. Avec 27 finitions possibles et de nouvelles finitions en préparation, cette pierre bleue se marie à merveille avec d’autres matériaux et forme ainsi un produit rêvé dont de nombreux architectes ont fait leur muse artistique.

Avec sa communication, Carrières du Hainaut inspire et conseille tant le particulier que l’architecte sur les innombrables possibilités qu’offre ce produit brut et élégant. Et ce avec succès. Bien que Carrières du Hainaut écoule 75% de sa production sur le sol belge et exporte les 25% restants vers les Pays-Bas, la France et l’Allemagne, on retrouve de plus en plus de Pierre Bleue du Hainaut dans des endroits exclusifs, comme Monaco, Abu Dhabi, en Russie, etc.

Les nouveaux investissements entraînent de nouvelles applications

Les investissements dans de nouvelles technologies se sont également traduits par le développement des nouveaux systèmes de façade EnoStone qui allient l’esthétique de la pierre naturelle aux normes d’isolation élevées (appropriées pour la construction passive) et à une pose simple. La Pierre Bleue du Hainaut se débarrasse ainsi pour de bon de son image des seuils anciens et, en innovant perpétuellement au niveau de la gamme de produits, mord à pleine dents dans les nouvelles techniques et dans l’avenir.


 

TEXTE : Lies Paelinck – PHOTOS : Lies Paelinck / Carrières du Hainaut


 

Pierre Bleue Belge: la qualité de chez nous

La Pierre Bleue du Hainaut est extraite sur un seul site en Belgique: à Soignies. Avec une exploitation de 200.000 m³ et une production d’un million de m² de tranches par an, Carrières du Hainaut est devenue la plus grande carrière de pierre calcaire ornementale d’Europe. La présence visible de crinoïdes, des traces fossilisées de faune et flore marines témoignent du caractère unique et de l’authenticité de la pierre bleue belge qui est beaucoup plus résistante que des variétés de pierre étrangères semblables. Seule la véritable pierre bleue belge résiste correctement à l’usure, à la compression, à l’eau, aux conditions climatiques rigoureuses et aux fluctuations de température.

En raison de la mondialisation, la pierre bleue belge a cependant vu apparaître de nombreuses variétés de pierre similaires (meilleur marché) en provenance d’Asie. Celles-ci ne résistent pas à notre climat rigoureux et commenceront à présenter des auréoles disgracieuses avec le temps. De très nombreuses variétés de pierre profitent dès lors injustement de l’excellente réputation de la Pierre Bleue du Hainaut.

Carrières du Hainaut garantit l’origine et la qualité de chaque pierre au moyen d’un certificat d’origine. Ce certificat est remis à l’achat de produits finis et semi-finis, et validé par un code unique et un agrément. Les normes de qualité sévères que s’impose Carrières du Hainaut vont encore plus loin que les exigences européennes déjà strictes. Toute l’exploitation de la Pierre Bleue du Hainaut est homologuée par le certificat technique délivré par l’Union belge pour l’agrément technique dans la construction (UBAtc). Les déclarations de performances (CE) pour les produits finis sont également disponibles sur demande.