Comment la technologie contribue à la popularité de la pierre naturelle

La Febenat, fédération du Benelux, a conclu un partenariat avec le Marble Institute of America ou MIA. Il s’agit de la plus importante fédération au monde d’entreprises spécialisées dans la pierre, avec plus de 2000 membres implantés dans 50 pays, dont la moitié aux USA.

A travers cette collaboration transcontinentale, les deux fédérations partageront de très nombreux articles et contenus et pourront ainsi se doter des meilleures conditions possibles pour promouvoir la pierre, un produit mondial. Il suffit de visiter le site usenaturalstone.com, une source d’inspiration pour tous les professionnels utilisant la pierre.

Avancées technologiques

Avouez qu’il est étrange de penser que le progrès technologique puisse contribuer à l’amélioration d’un produit naturel précisément apprécié pour ses caractéristiques organiques et techniques ! Ces avancées technologiques sont pourtant une des raisons pour lesquelles la pierre naturelle gagne en popularité chez les particuliers qui aiment intégrer ce classique éternel à leur projet d’aménagement extérieur. La technologie rend la pierre naturelle toujours plus attrayante et de plus en plus abordable.

Le public apprécie l’aspect de la pierre naturelle mais attend davantage d’options. Grâce à des développements technologiques récents dans le traitement de la pierre, les finitions de surface qui nécessitaient autrefois un travail très intensif sont maintenant confiées à des machines à commande numérique, autrement dit à la technologie CNC. Cette automatisation améliore la flexibilité en termes d’esthétique et raccourcit les délais de production.

Grandes possibilités de finition

“Pour la finition, il est possible de sabler, marteler, flammer, biseauter, polir, cliver, biseauter, adoucir la pierre, et on pourrait continuer encore ainsi”, affirme Daniel Wood, LEED Green Associate chez Lurvey Landscape Supply. Son entreprise, implantée dans l’Illinois et le Wisconsin, exploite plus de 50 carrières à travers le monde. Aux Etats-Unis, il est connu pour être un des plus importants fournisseurs du pays. “Il est exact que nous commercialisons des quantités gigantesques de pierre naturelle dans le monde”, confirme Wood.

Les finitions que nous venons de citer ne sont qu’une partie de tout ce qui est possible aujourd’hui. Daniel Wood confirme : “Il existe par exemple des finitions en chevrons ou en arêtes de poisson. Et on en trouve de plus en plus car on peut les combiner et les adapter pour réaliser un ensemble combinant plusieurs finitions ou motifs. Il existe pour le moment cinq textures de surface de base et certaines machines peuvent déjà les combiner et les intégrer. Et les résultats sont superbes !”

Un choix difficile

Il fut un temps où les particuliers rêvaient du look de la pierre mais ne pouvaient s’en offrir. Ils cherchaient les options disponibles sur le marché et ne trouvaient de réponse que dans les produits d’imitation. Quoi qu’il en soit, alors que les prix de ces imitations montaient constamment, le matériau d’origine s’est mis à combler à nouveau cette lacune. Les progrès techniques qu’a connus l’univers de la pierre naturelle et le fait que la production, entre autres, de ciment, se révèle moins respectueuse de l’environnement, ont rendu la pierre naturelle à nouveau accessible.

Au premier abord, le choix de la pierre naturelle paraît simple. Mais c’est juste le contraire, avertit Wood. Et d’expliquer comment les gens sont toujours surpris lorsque, leur projet en tête, ils découvrent l’étendue de la gamme disponible. Il avoue que lui-même, étant pourtant un vétéran dans la création de paysages, s’étonne de toutes les possibilités qu’offre la pierre lorsqu’on souhaite l’intégrer à diverses installations, du drainage, de l’éclairage, des tissus, et d’autres paramètres encore. “Avec les nouvelles technologies, ce sont une évolution, une croissance et un changement constants.”

Eco-responsable

La pierre naturelle est par définition un matériau éco-responsable. C’est bien sûr un produit naturel, mais qui rend également l’espace où on l’utilise plus respectueux de l’environnement. Lors de la réalisation d’un projet, l’intégration de pierre peut contribuer à la solution, autrement dit, cela va au-delà de l’esthétique. Dans des régions telles que la Californie, la sécheresse influence la conception de ce qu’on appelle ‘hardscapes’. Plutôt que de créer des liaisons en dur, il est possible d’associer du gravier et de la pierre naturelle afin que l’eau puisse plus facilement s’infiltrer et être recueillie. Sinon, elle dévale une surface fermée, avec des risques d’inondation en cas de fortes intempéries. La végétation est également intégrée à ce ‘hardscape’ pour permettre la récupération de l’eau de pluie. Autre avantage de ce type de projets, leur aspect final est souvent plus doux et plus attrayant.

Abordable et durable

Daniel Wood estime que chacun peut s’offrir de la pierre naturelle. Qu’on choisisse de l’utiliser au jardin pour réaliser des pas japonais, ou sous la forme d’un travail plus recherché, une sculpture par exemple. Au départ du projet, il est préférable de choisir des produits déjà fabriqués, ou fabriqués sur mesure. Ceux-ci sont produits à l’usine dans des conditions parfaitement contrôlées, avec un faible dégagement de poussière, et l’eau utilisée est recyclée et employée à nouveau. Ces atouts ne sont pas insignifiants en termes d’environnement et de durabilité, selon Wood.

Autre avantage qui n’est peut-être pas immédiatement pris en compte par la plupart des utilisateurs finaux, le choix de la pierre naturelle est aussi celui de la durabilité inhérente à un matériau entièrement recyclable, autrement dit la possibilité d’appliquer le principe cradle-to-cradle. “Il est parfaitement possible de réutiliser la pierre à l’infini”, souligne Wood. “Ce qui n’est pas nécessaire avec la plupart des autres matériaux.” Et l’analyse du cycle de vie de la pierre naturelle obtient, il faut le dire, le score de 100/100.