Cours en ligne gratuit sur les techniques de pose modernes pour avancés

Du sang, de la sueur et des larmes, voilà ce qu’aura valu à l’expert en carrelage Peter Goegebeur le cursus qu’il a récemment rédigé. Et ce dans un langage compréhensible, mais professionnel. Il ne s’agit donc pas d’un manuel pour débutants, mais bien d’une notice mise à jour pour carreleurs aguerris, renfermant des informations étayées de façon scientifique et technique relatives à la pose de carrelages céramiques et de pierre naturelle en 2016. Bref, cet ouvrage de référence étoffé constitue un must pour tous les carreleurs.

Connaissances de base exigées

“Avec ce cursus, écrit dans un langage compréhensible pour le carreleur professionnel, j’ai tenté de trouver un compromis entre le manuel scolaire et la Note d’Information Technique du CSTC. Un cours d’école sera quoi qu’il en soit trop simple pour un carreleur établi alors que, pour certains, une NIT présentera peut-être un niveau trop élevé”, affirme l’auteur Peter Goegebeur qui peut se targuer d’une grande expérience de l’écriture en tant que rédacteur pour ce magazine professionnel.

Il ne s’agit assurément pas d’un cursus pour carreleurs débutants expliquant comment entamer des travaux de carrelage étape par étape. Vous devez déjà maîtriser les connaissances de base de la pose de carrelage pour l’utiliser.L'auteur Peter Goegebeur

“Cet ouvrage doit être vu comme un complément renfermant de nombreux conseils & astuces intéressants relatifs aux techniques de carrelage modernes. En accordant une attention spéciale aux dernières nouvelles techniques et technologies. Comment faut-il poser correctement certains matériaux innovants et quels systèmes faut-il appliquer à cet effet?”

Composition du support

“L’objectif était le suivant: tenter de prodiguer le plus d’informations étayées de façon scientifique et technique possibles avec le moins de mots possibles. J’ai écrit ce cursus en premier lieu pour partager mes connaissances et expériences pratiques avec des carreleurs curieux d’apprendre et qui veulent fournir partout et toujours du travail de qualité. Nous sommes confrontés constamment à des nouveautés, de telle sorte que nous risquons de perdre de vue la base des travaux de carrelage. Prenons par exemple la composition du support. Celle-ci s’avère déterminante pour le résultat final et la durabilité du carrelage. C’est pourquoi je continue de le répéter: un carrelage parfait commence par un support parfait. Le carreleur accepte le support dès qu’il entame les travaux de carrelage. Il peut s’agir d’une chape, d’un mur plafonné, d’un carrelage existant, d’un plancher, etc. Combien de fois n’arrive-t-il pas que le carreleur soit désigné coupable en cas de dégâts au niveau du revêtement de sol alors que la faute se situera souvent au niveau du support.”

Ingénieur en carrelage

Selon Peter Goegebeur, cela fait déjà longtemps que le terme ‘carreleur’ ne reflète plus correctement cette discipline. “Nous avons évolué vers des ingénieurs en carrelage. De nos jours, le poseur doit tenir compte de tellement de facteurs qu’on peut en conclure que le métier est devenu beaucoup plus complexe. Celui qui ne parfait pas ses connaissances pourrait perdre inutilement beaucoup d’argent. Ce ne sera en tout cas pas la faute à l’offre de formations, car celle-ci est suffisamment importante. En suivant régulièrement des formations complémentaires, le carreleur prendra automatiquement de l’avance sur les autres et pourra, en tant que spécialiste dans sa discipline, demander un petit supplément au client.”

Le cursus a été écrit afin d’apporter réellement quelque chose au carreleur agréé, insiste l’auteur. Préférant laisser tout le volet scientifique au CSTC, il s’est surtout chargé de fusionner toutes les informations techniques en un ouvrage de référence pratique, parsemé de directives relatives aux techniques de carrelage modernes. “Il s’agit d’éléments avec lesquels certains sont déjà familiarisés, mais que la plupart des carreleurs ne connaissent encore que trop peu, voire pas du tout. Surtout pour les carreaux grands formats fins qui existent depuis déjà plus de dix ans, on trouve encore et toujours très peu d’instructions de pose – sauf en Italie. Ce à quoi j’aimerais remédier avec ce cursus. Il y a d’ailleurs un grande différence entre écrire une norme ou une note d’information technique et écrire une directive spécifique pour les carreleurs destinée à l’exécution des travaux.”

Lorsqu’il a écrit son cursus, Peter Goegebeur avait encore en tête un second groupe cible important. “Pour ceux qui doivent réaliser un travail de fin d’études ou ceux qui doivent se présenter devant un Jury Central pour obtenir leur agrément officiel, une étude approfondie de ce cursus pourra sensiblement accroître les chances de réussite.”

Pas ma propre vision

Ce cursus offre l’avantage que nous pourrons toujours le mettre à jour, affirme son auteur. “L’apport des collègues carreleurs est évidemment plus que le bienvenu. Je sais beaucoup de choses, mais assurément pas tout. En d’autres termes, il ne faut pas voir ce cursus comme ma propre vision du métier. Il existe indubitablement encore d’autres bonnes manières de poser de la pierre naturelle et des carreaux céramiques, je ne remets pas cela en doute. Avec ce cursus, je veux seulement aider à éradiquer définitivement les mauvaises méthodes.

Bien que j’aurais facilement pu remplir des centaines de pages, je voulais délibérément que ce cursus ne soit pas trop épais.Peter Goegebeur

“Il devait s’agir d’un document de travail compact pouvant servir d’aide-mémoire. A l’arrière de ce cursus, j’ai également ajouté une liste d’ouvrages existants. Chaque fois des sources fiables pour le carreleur, comme toutes les notes d’information techniques intéressantes du CSTC. Celui qui veut en lire davantage pourra aussi toujours se rabattre sur les articles de Polycaro ou contacter Fecamo.”

Le cursus ‘Techniques de carrelage modernes’ a vu le jour avec la collaboration de la rédaction de Polycaro et est disponible uniquement via cette dernière. Pour tout savoir à ce sujet, surfez sur www.polycaro.be