BITA étend ses idées à l’Europe

Le jeudi 2 mars 2017 restera marqué dans les annales comme le jour où l’EITA (European Innovative Tile Academy) s’est vu officiellement attribuer son siège principal à Milan. L’initiative belge BITA (Belgian Innovative Tile Academy), père spirituel de l’EITA, y a un siège au sein de la direction. Ou comment un petit Belge a mis en mouvement quelque chose d’énorme au sein du monde passionnant mais ô combien complexe du carrelage.

Méthodes de formation innovantes

La turbine BITA tourne à plein régime et égrène ses idées au sein du secteur national et international du carrelage. Un scénario que les fondateurs de cette asbl belge relativement récente n’auraient jamais imaginé. La BITA ne se considère pas comme un concurrent de la Confédération Construction, de la Bouwunie ni de Syntra – n’en déplaise à certaines mauvaises langues –, rappelant qu’elle se concentre uniquement sur les nouvelles méthodes innovantes de formation pratique destinées au carreleur moderne. “Nous ne proposons pas de soutien administratif et ni de conseils juridiques car c’est un domaine où ces fédérations sectorielles nationales excellent”, souligne Bert Uittenhove, président de la BITA. “Nous mettons principalement l’accent sur l’information purement technique que nous voulons transposer d’une manière ou d’un autre dans le langage du carreleur et rendre directement applicable dans la vie professionnelle de tous les jours.”

Une vision claire et nette, donc, mettant en avant diverses techniques et méthodes de pose. Le nombre croissant de workshops BITA démontre que la soif d’information du carreleur belge n’a jamais été aussi importante. Une cinquantaine de personnes se sont par exemple inscrites à l’atelier organisé par son partenaire carrelage bStone – un public très diversifié, allant des carreleurs professionnels aux chefs de chantier et architectes.

Déploiement européen

Le programme de formation innovant de la BITA s’est aujourd’hui étendu à plusieurs pays européens. Démarré il y a moins d’un an en Belgique, l’initiative a rapidement donné naissance à l’équivalent néerlandais NITA, suivi de près en Italie par l’ITAI, l’Innovative Tile Academy Italia. La Suisse est en train de préparer la création de la SITA et il y a également un projet BeNeLux en chantier. “Ensemble, on est plus intelligents et plus forts”, affirme Bert Uittenhove, “Nous avons déjà uni nos forces aux Pays-bas et nous allons bientôt faire de même avec le Luxembourg !”. Entretemps, on a appris que l’EITA va se placer sous l’égide de l’EUF, l’organisme européen de coordination chapeautant diverses fédérations nationales de carreleurs. “Ces derniers mois, notre concept a pris tellement d’envergure tellement vite que le suivi international n’est plus envisageable d’un point de vue pratique depuis notre secrétariat en Belgique”, avance le président de la BITA. “C’est pourquoi nous comptons sur l’EUF, qui est beaucoup plus qualifiée pour cela. La mission principale de l’académie européenne de l’innovation en matière de carrelage devrait consister à former des enseignants et des instructeurs au niveau européen plutôt que de les former chacun dans leur pays. La Suisse devrait également être un ajout de choix, étant donné la structure et les installations déjà mises en place dans les écoles locales de construction. Ce n’est pas un hasard si les Suisses ont déjà remporté de nombreux prix lors des championnats internationaux de carrelage.”

Solutions innovantes

La BITA a la chance immense de pouvoir compter sur une équipe de direction relativement jeune et surtout dynamique. Le plus jeune membre n’a que 25 an et a imaginé la grille Staenis pour les chapes, créant une surface carrelée lisse comme un tapis de billard avec une tolérance de planéité inégalée de 0 (!). Les autres membres (tous à la charnière de la trentaine et de la quarantaine) recherchent eux aussi constamment des solutions innovantes dans le cadre de leurs activités professionnelles quotidiennes sur chantier. C’est ainsi qu’a émergé l’idée de faire vibrer des nattes de désolidarisation à une certaine fréquence afin d’obtenir non pas 99% mais 100% de transfert (surface de contact) de la colle pour carrelage. La spatule en forme de fer à repasser, qui vient d’entrer dans une nouvelle phase de recherche et de développement, a été baptisée en avril ‘BitaTriller’. De plus amples informations suivront à la fin de cette année ou au plus tard début 2018. Quoiqu’il en soit, Polycaro continue à suivre de près les évolutions de la BITA pour vous…